CUBA : Le-Les terroriste-s c'est EUX !

Publié le par FSC

 

 

 

Non seulement le président Trump est dans la dénégation de sa défaite électorale, mais avant de partir il multiplie les coups bas.
Après avoir incité des extrémistes fascisants, à son image, à envahir le Capitole de Washington, il vient, avant d’être poussé dehors, d’inscrire ce lundi 11 janvier Cuba sur la liste des pays qui soutiennent le terrorisme, selon une déclaration de son secrétaire d’état Pompeo.
On croit rêver.
Mais hélas cette dernière manœuvre d’un président complètement discrédité aux yeux du monde vise à mettre des bâtons dans les roues du prochain Président des Etats-Unis, Joe Biden.
Car, enfin, accuser Cuba de soutenir le terrorisme est proprement scandaleux.
C’est Cuba qui est victime du terrorisme, depuis la Révolution de 1959, comme l’a déclaré dans un communiqué le Ministère des Relations Extérieures de Cuba.


Il y est relevé que c’est Cuba qui a souffert dans sa chair d’actes de terrorisme, avec 3478 personnes tuées et 2099 infirmes. Et ces actes de terrorismes ont été perpétrés et couverts par les Etats-Unis.
On peut se rappeler l’attentat contre un avion cubain, de la Cubana de Aviacion, premier attentat terroriste contre un avion civil qui a couté la vie à 74 personnes, et dont les auteurs, encouragés et financés par des officines états-uniennes, ont fini par couler des jours heureux aux Etats-Unis, protégés par ce pays. On pourrait aussi égrainer les multiples tentatives d’assassinat contre Fidel Castro, plus de 600, qui sont bien aussi des actes de terrorisme.
La politique cubaine, depuis la Révolution, a toujours été de combattre le terrorisme, sous toutes ses formes. Et le président Trump serait bien incapable de citer des exemples où Cuba serait impliqué dans des actes de terrorisme dans le monde, ni d’accueillir sur son territoire des terroristes qui seraient recherchés par la justice de quelques pays qu’ils soient.
Au moment où Cuba applique ce qu’avait déclaré Fidel Castro : « dans le monde, nous n’envoyons pas des bombes mais des médecins  » et où les personnels médicaux cubains des brigades Henri Reeves sont venus en aide à de très nombreux pays pour lutter contre la pandémie du coronavirus, suscitant la reconnaissance et la demande mondiale qu’elles reçoivent le prix Nobel de la paix, cette dernière manœuvre de Trump donne la nausée.
De nombreuses voix dans le monde s’indignent avec force contre cette décision.
Celle-ci s’ajoute aux sanctions du blocus actuel renforcé par l’administration Trump. Elle implique des entraves aux aides économiques, l’interdiction faite aux institutions internationales d’y financer des projets, ainsi que des mesures de rétorsion fiscale et douanière contre les entreprises et les personnes y développant des activités.
Nous devons espérer que le nouveau Président Biden reviendra rapidement sur cette décision, lui qui était Vice président de Obama quand, en 2015, celui-ci avait retiré Cuba de cette liste, et entamé un rapprochement historique entre les deux pays.
S’il le veut, il pourra, avec son gouvernement et surtout la majorité acquise par son parti au Congrès des Etats-Unis, aller encore plus loin et mettre enfin un terme au blocus économique financier et commercial qui frappe Cuba depuis bien trop longtemps.
Nous devons multiplier les initiatives pour exiger la fin de ce blocus, et que toutes les personnalités et autorités, en France comme dans le monde, se manifestent pour qu’enfin Cuba retrouve le droit de développer son économie et sa politique sociale sans entraves, dans le respect du droit international de non ingérence, et avec la coopération et la solidarité comme moteur des relations entre états.
Cuba est un pays qui œuvre pour la paix dans le monde et la seule parcelle de son territoire où les droits de l’homme ne sont pas respectés, c’est l’entrave de Guantanamo, illégalement occupée par les Etats-Unis avec une prison où ont été détenus sans jugement depuis 2002 jusqu’à 700 prisonniers, et encore 40 aujourd’hui, en dehors de toutes les règles du droit international, comme vient de le rappeler un rapport d’experts des droits de l’homme de l’ONU.
Nous vous appelons à soutenir toutes les actions qui seront prises pour mettre fin à ce blocus.

Michel Humbert
Vice président de Cuba Coopération France
Janvier 2021

 

Commenter cet article