VACCIN : un doute plus que légitime ! NATIONALISATION de l'industrie pharmaceutique !

Publié le par FSC

 

Nous avons déjà abordé cette question et ces enjeux :

VACCIN : course au profit OU coopération internationale ?

Les médias système et leurs porte-voix ne cessent de s'inquiéter, de déplorer le doute de l'opinion à  l'égard du vaccin et de sa nécessité, les français étant présentés comme les champions mondiaux du phénomène.

Sous-entendus ils sont victimes de l'impact du " complotisme " irrationnel et injustifié.

Injustifié ?

Pourtant si l'on s'en tient au dernier épisode concernant le vaccin et la vaccination les conditions dans lesquelles la solution vaccinale est avancée explique largement ces résistances et accuse les principes et les critères mêmes qui président aux choix, à l'organisation et au fonctionnement de la société.

Car contrairement à ce que prétendent les députés verts européens qui ne pointent eux que les "excès"; le manque de transparence qui entoure les contrats entre la commission européenne et la grande industrie pharmaceutique est une donnée permanente présidant de manière pérenne  aux rapports entre la puissance publique (actuellement sous contrôle de l'oligarchie) et les grands intérêts privés.

 

Ce que montre en effet les conditions de conclusion des contrats Covid entre l'industrie pharmaceutique et l'Union européenne promue à la responsabilité des commandes d'achat et de distribution entre les états c'est que l'intérêt des entreprises privées prime!

Et non pas la santé et l'intérêt général.

Autrement comment expliquer ces obstacles mis à l'accès au contenu précis de ces contrats ?

A sa demande d'accès, l’eurodéputé [Pascal Canfin] ne s’est vu offrir que le droit de consulter lesdits contrats dans une « salle de lecture », sans pouvoir prendre la moindre note et en étant tenu à la confidentialité.

 

Ce que cache mal l’accord de confidentialité c'est qu'à l'instar des accords de protection des investissements sous la prédation des intérêts publics des tribunaux privés,

c'est le fait  qu'au-delà des dénégations officielles, des euphémismes employés en cas d'effets néfastes ou nocifs ce sont les états, faute de preuve irréfutable * qui devront assumer les conséquences desdits effets.

Ce qui au passage interroge aussi sur la fiabilité des vaccins en voie d'être mis sur le marchés, commandés par millions et millions par les états et l'Union européenne sous la pression des seuls communiqués des laboratoires privés AVANT même toute validation de  l’autorisation de mise sur le marché par les instances sanitaires officielles.

 

_________________________

* et on sait par expérience ce que cela donne comme dans le cas  de l'amiante où le lien entre les graves maladies constatées dans la durée et la causalité du produit est sans cesse contestée par les propriétaires industriels faisant traîner durant des années le droit à l'indemnisation.

__________________________

Ces dispositions s'inscrivant dans la lignée des dispositifs permanents ayant pour fonction de protéger les intérêts privés CONTRE l'intérêt public et l'intérêt général comme les lois et directives européennes sur le secret des affaires :

 

 

Ce que prévoit la clause sur les vaccins anti-Covid

C'est exactement ce que l'on retrouve dans les contrats d'achat de vaccins, si l'on en croit ses communiqués concernant les achats de vaccins d'AstraZeneca ou Sanofi-GSK, "afin de compenser les risques élevés pris par les fabricants, les contrats d'achat anticipé prévoient que les États membres indemnisent le fabricant pour les responsabilités encourues dans certaines conditionsLa responsabilité reste endossée par les sociétés", expliquent encore ces communiqués. 

"Les [contrats] prévoient que les États membres indemnisent le fabricant pour les éventuelles responsabilités encourues uniquement dans les conditions spécifiques définies dans les [contrats]", précise l'Union européenne sur son site de questions-réponses.

"En conséquence, les dispositions relatives à la responsabilité et à l'indemnisation ne modifient en rien la charge de la preuve, qui incombe réglementairement aux entreprises en vue de démontrer l'innocuité et l'efficacité de leurs produits, ajoute l'UE. Tout vaccin mis sur le marché devra satisfaire aux exigences de sécurité requises et faire l'objet d'une évaluation scientifique indépendante par l'Agence européenne des médicaments dans le cadre de la procédure d'autorisation de mise sur le marché de l'UE."

 

 

Au final, par delà la conjoncture actuelle la question qui est posée contrairement aux déclarations qui sanctifient le rôle des grands laboratoires pharmaceutiques c'est la question de la NATIONALISATION de cette industrie,

comme seul moyen de faire prévaloir réellement l'intérêt général et la santé des citoyens!

Commenter cet article