D’Italie : soutien au Nobel pour les médecins cubains

Publié le par FSC

REPRIS du site de Danielle BLEITRACH

 

INFO : l'appel émane de l'USB, Union Syndicale di Base, syndicat de lutte appartenant à la Fédération Syndicale Mondiale.

________________________

 

 

En France aussi il existe une campagne en faveur de l’attribution du Nobel aux médecins cubains, mais ce témoignage de l’Italie est précieux parce que comme le dit le texte, l’Italie a vécu l’expérience de la solidarité de ce peuple cubain alors que les riches pays de l’Europe ne lui manifestaient pas la moindre solidarité. Il faut donc signer nous aussi cet appel, mais aller plus loin, Car si l’on veut qu’il y ait un vrai mouvement autour de cette candidature, il faut que chacun fasse signer des gens qui y compris ne sont pas au courant. Parce que le but de cette opération qui, le Nobel étant ce qu’il est, a peu de chances d’aboutir, aujourd’hui, c’est de créer autour de cette candidature une mobilisation contre le blocus et de faire connaître l’injustice contre cette île qui le mérite si peu. . Donc nous devrions avoir une liste et la faire signer autour de nous. (note de Danielle Bleitrach pour Histoire et société)

________________________________

 

Nous soutenons la campagne pour  l’attribution du prix Nobel de la paix aux Brigades médicales cubaines, engagées dans le combat contre la  covid19 dans notre pays et dans 20 autres nations.

La deuxième vague de pandémie se rétablit avec plus de puissance que la première. Ni le malheur ni le hasard n’en sont responsables. La responsabilité en revient aux politiques criminelles, dictées par la Confindustria et les grandes multinationales, qui imposent à un gouvernement servile l’ouverture de grandes usines et de toutes les industries connexes, principale cause de la propagation de la pandémie. C’est la “rationalité” du capitalisme, qui sacrifie la santé et la vie des majorités sur l’autel du profit.

Alors que les frontières de l’Union européenne se fermaient face à la progression du virus, défendant les économies des États les plus riches (les pays dits “frugaux” menés par l’Allemagne), un pays du tiers monde nous a envoyé une aide inattendue et inexplicable selon les canons de la concurrence mercantiliste et de l’intérêt égoïste féroce.

Une autre rationalité s’est mise en place au cours de ces terribles mois, celle de la solidarité internationaliste, qui a conduit une brigade de médecins, d’infirmières et de techniciens cubains en Italie – comme dans des dizaines d’autres pays du monde – à soutenir les systèmes de santé dévastés en Lombardie et au Piémont au plus fort de la pandémie, de mars à mai 2020.

Il s’agit de la Brigade médicale internationale Henry Reeve, déjà connue dans l’actualité pour son engagement contre d’autres fléaux induits par le modèle pervers d’exploitation capitaliste, comme l’épidémie d’Ebola en Afrique, mais aussi contre les épidémies résultant de la pauvreté. Il s’agit de la Mission Miracle en Amérique latine, qui aide depuis 2004 des personnes aux ressources limitées afin qu’elles puissent être opérées gratuitement pour divers problèmes oculaires. À ce jour, plus d’un million de pauvres ont recouvré la vue grâce à cette mission.

De manière spectaculaire, la covid19 a une fois encore permis de comparer deux modèles sociaux et économiques, qui ont apporté des réponses tant structurelles qu’immédiates radicalement différentes à la pandémie, obtenant des résultats diamétralement opposés. Il suffit de lire les données de l’OMS pour comprendre la différence entre la dévastation qui a lieu dans les pays au capitalisme avancé et la situation dans les pays socialistes tels que Cuba, le Venezuela, le Vietnam, la Chine, le Kerala (Inde). Ces pays démontrent qu’il est possible de contrôler le virus sans avoir à attendre le vaccin. Il suffit de faire passer la vie des gens avant tout, et d’y soumettre la production et le profit.

Le gouvernement cubain, depuis le 1er janvier 1959, date à laquelle les colonnes dirigées par Fidel Castro et Ernesto Che Guevara sont entrées victorieusement à La Havane, a fondé sa raison d’être sur la défense de la santé, du travail, de la culture, des services à la personne, tels que le logement pour tous, les soins aux personnes âgées et aux enfants, la défense de la nature, mais aussi sur la solidarité internationaliste, inscrite dans le mot d’ordre “Nous exportons des médecins, pas des bombes”.

La Brigade médicale internationale Henry Reeve incarne et représente pleinement ces réalisations, qui sont la matérialisation d’une humanité abolie de facto dans notre pays, ainsi que dans tous les pays du soi-disant “premier monde”.

Le prix Nobel de la paix à ces hommes et ces femmes qui, face à chaque catastrophe, sont prêts à quitter leur pays et ceux qu’ils aiment pour risquer leur vie au profit d’inconnus, est un prix pour la vision du monde qu’ils représentent, à une époque où la vie même de l’humanité est en danger, en raison de l’irrationalité d’un système économique qui domine encore une grande partie de la planète.

L’Union Syndicale de Base connaît bien le peuple cubain et le gouvernement cubain, dont elle s’est toujours inspirée dans son travail quotidien aux côtés du monde du travail et des secteurs populaires de notre pays, brutalisés par l’exploitation et la négation des droits sociaux, syndicaux et politiques.

C’est pourquoi nous sommes fiers de soutenir dans tout le pays la campagne de soutien à la nomination au prix Nobel de la paix 2021 de la Brigade médicale internationale Henry Reeve.

L’initiative du 19 novembre est la première d’une série que nous allons promouvoir dans tout le pays, que nous allons soutenir aux côtés des luttes et des mobilisations contre un gouvernement et un gouvernement qui mènent l’Italie à la ruine.

USB International

Commenter cet article