INTEVA (VOSGES) : RELANCE macronienne pour licenciements massifs

Publié le par FSC

 

 

Sous couvert de relance et de crise sanitaire, Macron et ses sbires ont pondu à l'issue du confinement un décret qui permet à un patron d'effacer ses dettes et de liquider TOUS les emplois en rachetant sa propre boite, DONC en toute légalité!

 

Le rapport au président de la République souligne à ce titre que « le tribunal et le ministère public veilleront à ce que le plan de cession ne soit pas seulement l’occasion, pour le débiteur, d’effacer ses dettes et de réduire ses effectifs en présentant lui-même, ou par personne interposée, une offre de reprise ».  

Preuve s(il en fallait que le plan de relance macronien est articulé autour d'un droit sans limites délivré au patronat contre les travailleurs et contre l'emploi!

________________

SOURCE RTL

 
Samuel Goldschmidtédité par Sarah Ugolini

Les patrons de Inteva Products à Saint-Dié-des-Vosges, une usine d'équipement qui est au bord de la liquidation, sont fustigés par leurs salariés. Grâce au décret post-Covid, les patrons veulent racheter leur propre entreprise, mais en laissant de côté les 241 employés. 

Une technique qui est contre toute attente légale. En réalité Inteva est en difficulté depuis plusieurs années, mais le 9 juin, le groupe qui a trois usines en France est placée en redressement judicaire. Deux offres sont déposées, dont une d'Inteva elle-même, mais sans Saint-Dié-des-Vosges et ses 241 salariés. 

"Les deux repreneurs ne prennent pas Saint-Dié, donc pour nous c'est plié, on s'arrête au mois d'octobre", s'insurge un salarié. Un tour de passe-passe qui estomaque les syndicats. "Etre repreneur de sa propre faillite, pour les salariés, c'est incompréhensible", s'insurge l'un d'entre eux. Une stratégie rendue possible par une ordonnance de mai dernier prise pour relancer l'économie après le Covid. 

 

"Inteva reprend Inteva en s'effaçant ses dettes. Les dirigeants profitent de la situation pour repartir en supprimant un site. C'est pas moral, pas acceptable", déplore Gérard Cherpion, le député de Saint-Dié.

Commenter cet article