17 SEPTEMBRE : MOBILISATION INFIRMIERE !

Publié le par FSC

 

Le Syndicat National des Professionnels Infirmiers SNPI CFE-CGC, appelle l’ensem­ble des pro­fes­sion­nels infir­miers (infir­miè­res, cadres, infir­miè­res spé­cia­li­sées) des trois fonc­tions publi­ques et des sec­teurs privés de toute nature(sani­taire, médico-social, santé au tra­vail,…) à un mou­ve­ment de grève avec des actions loca­les autour des établissements le jeudi 17 sep­tem­bre 2020, dans le cadre d’une mobi­li­sa­tion uni­taire des hos­pi­ta­liers.

Le Ségur de la santé ne répond pas aux atten­tes des pro­fes­sion­nels de santé des hôpi­taux cli­ni­ques EHPAD : manque de lits, manque de postes. Nous deman­dons à être reconnus pour nos com­pé­ten­ces et nos res­pon­sa­bi­li­tés, avec une reva­lo­ri­sa­tion sala­riale de 300 euros/mois.

La reva­lo­ri­sa­tion issue du Ségur, fait que les infir­miè­res seront tou­jours exploi­tées, mais juste un peu moins sous payées, puis­que nous allons passer de moins 21% à moins 15% (avec les 90 euros) à moins 10% sous le salaire infir­mier MOYEN euro­péen (avec les 183 euros de mars 2021).

La déci­sion du gou­ver­ne­ment de res­trein­dre la "reconnais­sance en mala­die pro­fes­sion­nelle" des soi­gnants vic­ti­mes du COVID19 à ceux qui sont décé­dés ou ont été en réa­ni­ma­tion sous assis­tance res­pi­ra­toire est pure­ment ABJECTE. Les autres, tant pis pour eux, s’ils ont été conta­mi­nés faute de moyens de pro­tec­tion : rien n’aura été épargné aux hos­pi­ta­liers !

Nos reven­di­ca­tions por­tent sur : 
-  Un mora­toire sur les plans d’économies dans les établissements hos­pi­ta­liers publics et privés (960 mil­lions d’économies en 2018, 663 mil­lions en 2019) 
-  L’arrêt des sup­pres­sions d’emplois, de lits et de ser­vi­ces et la mise en place d’effec­tifs pro­por­tion­nels aux char­ges de tra­vail, pour répon­dre aux besoins de la popu­la­tion ; 
-  Une reva­lo­ri­sa­tion sala­riale conforme aux res­pon­sa­bi­li­tés et com­pé­ten­ces des pro­fes­sion­nels infir­miers exer­çant dans le privé et le public, avec une juste rému­né­ra­tion des contrain­tes (prime de nuit, indem­nité WE) 
-  La reprise concrète de la réin­gé­nie­rie IBODE, IPDE et cadre, avec reva­lo­ri­sa­tion de ces pro­fes­sion­nels 
-  La réac­tua­li­sa­tion du décret d’actes et d’exer­cice infir­mier de 2004, 
-  La défense et la péren­ni­sa­tion du sys­tème de retraite par répar­ti­tion et des régi­mes par­ti­cu­liers ; 
-  La prise en compte de la péni­bi­lité pour la retraite pour toutes les infir­miè­res, du fait de leur métier, qu’elles exer­cent dans le public ou dans le privé. 
Dans le public, la boni­fi­ca­tion retraite d’un an tous les 10 ans, accor­dée en 2003 aux infir­miè­res en B, a été sup­pri­mée en 2010 pour la caté­go­rie A. Le projet de réforme sup­prime la caté­go­rie active dans la FPH.
Dans le privé, le compte péni­bi­lité est une usine à gaz qui exclue beau­coup de soi­gnants, en par­ti­cu­lier depuis la sup­pres­sion de 4 des 10 cri­tè­res de péni­bi­lité en 2017. 
-  le refus des glis­se­ments de tâches

Le syn­di­cat SNPI CFE-CGC est affi­lié à la CFE-CGC par le tru­che­ment de la Fédération CFE-CGC Santé-Social. Notre syn­di­cat dépose ce préa­vis de grève en confor­mité avec l’arti­cle L 2512-2 du Code du Travail évoqué. La CFE-CGC est repré­sen­tée au Conseil Commun de la Fonction Publique. La CFE-CGC est le 4ème syn­di­cat repré­sen­ta­tif dans le privé.

Malgré nos nom­breu­ses deman­des, le décret d’acte infir­mier n’a pas été réac­tua­lisé depuis 2004. Or les tech­ni­ques médi­ca­les évoluent sans cesse, et le suivi des par­cours de soins s’est modi­fiée.

"La loi auto­rise les infir­miè­res à vac­ci­ner l’ensem­ble de la popu­la­tion, elles y ont été for­mées, et ont les com­pé­ten­ces néces­sai­res. Mais le décret stu­pide d’une admi­nis­tra­tion rétro­grade a can­tonné cela à une seule patho­lo­gie, la grippe, et pour un seul seg­ment de la popu­la­tion : les per­son­nes âgées ou les per­son­nes attein­tes de patho­lo­gies chro­ni­ques ! Là on nage en plein délire : nous sommes com­pé­tents pour vac­ci­ner une per­sonne fra­gile, mais sur­tout pas son entou­rage en bonne santé !" s’indi­gne Thierry Amouroux, le porte-parole du Syndicat National des Professionnels Infirmiers SNPI CFE-CGC.

Autre exem­ple, une infir­mière libé­rale peut pres­crire des dis­po­si­tifs médi­caux comme les pan­se­ments, mais pas des médi­ca­ments aussi dan­ge­reux que le sérum phy­sio­lo­gi­que (de l’eau sté­rile) pour décol­ler la com­presse, ni l’anti­sep­ti­que (en vente libre) pour désin­fec­ter ! Il fau­drait une loi pour nous y auto­ri­ser !

Voir également : 
- Les dif­fé­ren­tes formes de grèves dans le sec­teur privé http://www.syn­di­cat-infir­mier.com/Les-dif­fe­ren­tes-formes-de-greves.html 
- Le droit de grève dans la fonc­tion publi­que hos­pi­ta­lière : http://www.syn­di­cat-infir­mier.com/Droit-de-greve-dans-la-fonc­tion-publi­que-hos­pi­ta­liere-FPH-2640.html 
- Assignations en cas de grève à l’hôpi­tal public FPH : http://www.syn­di­cat-infir­mier.com/Assignations-en-cas-de-greve-a-l-hopi­tal-public-FPH.html 
- Un rappel sur repos est illé­galhttps://www.syn­di­cat-infir­mier.com/Rappel-sur-repos-a-l-hopi­tal-ille­gal.html

Commenter cet article