Stéphane SIROT, accords de performance : Comment créer des travailleurs pauvres

Publié le par FSC

SOURCE : sa page facebook

 

 

 

 

Comment créer des travailleurs pauvres... ou encore, comment sauter sur l'occasion d'un contexte pour imposer une restriction intenable des salaires au moyen d'instruments de chantage légaux appelés "Accords de performance collective", créés par les ordonnances Macron de 2017. 

Avec ce goût du pouvoir pour donner à un dispositif un nom exactement contraire à son contenu : où est la "performance collective" pour des salariés contraints de perdre un quart de leur salaire ou de renoncer à une partie de leurs congés sous la menace d'un licenciement en cas de refus ??? En tout état de cause, en quoi un syndicat devrait-il signer de tels accords ? 

Même si la direction d'une entreprise parvient à imposer des mesures aussi drastiques, qu'elle en soit l'unique responsable ! Où l'on voit qu'au fond, en particulier lorsqu'une conjoncture peut être instrumentalisée, le "dialogue social" n'est autre en substance qu'un dispositif destiné à diluer les responsabilités en associant aux prises de décision, y compris les plus douloureuses, des représentants du personnel, des syndicalistes qui, à force de se prêter au jeu pour certains d'entre eux, se trouvent en situation d'être mis dans le panier de l'ordre dominant. 

Depuis bientôt 40 ans qu'elle est à l'oeuvre, la décentralisation des relations sociales s'est révélée pour le patronat une formidable opportunité pour restreindre le périmètre des droits sociaux, avec l'appui d'un syndicalisme de partenariat social qui, à l'échelle nationale, a toujours prêté son concours à l'installation de dispositifs d'inversion de la hiérarchie des normes et qui, au niveau européen, a toujours fait le choix d'apporter son soutien à des traités organisant la "destruction des structures collectives capables de faire obstacle à la logique du marché pur" (pour reprendre la définition du libéralisme par Bourdieu). 

Les responsables politiques, indifféremment de droite, sociaux-démocrates, "centristes" plus ou moins vaguement démocrates-chrétiens, "nonistes" ("ni de droite, ni de gauche" ou "et de droite et de gauche" - sic) qui ont orchestré ces processus - pour le plus grand bénéfice de ceux qui en font - ne peuvent que les en féliciter (et parfois les recaser, pour services rendus non pas à la Nation et au bien commun, mais aux intérêts privés).

Commenter cet article