RETRAITES : les tueurs sont lâchés !

Publié le par FSC

REPRIS de ça n'empêche pas Nicolas, CGT Unilever Le Meux ...

 

 

A propos d’un entretien d’Hakim El Karoui au Figaro
par Denis COLLIN

Ancien conseiller de Raffarin et Thierry Breton, ancien direc­teur chez Rothschild, ancien sou­tien de Mme Royal, mais tou­jours bien ancré à droite, Hakim El Karoui a fondé les Young Mediterranean lea­ders » (tiens, tiens …) et fut l’éphémère conseiller de Ben Ali au moment où le dic­ta­teur fai­sait face à la révo­lu­tion. Il a également publié en col­la­bo­ra­tion avec l’ultra­li­bé­rale « Fondation Montaigne » un rap­port inti­tulé « Un islam fran­çais est pos­si­ble » (2017) et fondé en 2019 une « Association Musulmane pour l’Islam de France ». Militant libé­ral et mili­tant musul­man, peut-être un des faux-nez des « frères », cet homme confie au Figaro du 31 juillet un entre­tien titré « Les retrai­tés doi­vent contri­buer à l’effort de guerre sani­taire ». Déjà le titre est tout un pro­gramme : faites payer les vieux en bais­sant les pen­sions. Ceux qui n’ont pas eu le bon gout de mourir dans l’épidémie de Covid vont passer à la caisse.

Pour ce mon­sieur, le gou­ver­ne­ment a fermé la société pour pro­té­ger les vieux. Les jeunes géné­ra­tions ont payé et vont payer encore plus demain cet élan de soli­da­rité. Quand on lui rap­pelle que de très nom­breu­ses per­son­nes âgées ont été écartées des hôpi­taux, il affirme que « c’est le contraire ». Avec ce sens de la « vérité alter­na­tive », cet homme a toute sa place au gou­ver­ne­ment. Mais le plus impor­tant vient ensuite : « Les enfants et petits-enfants des baby-boo­mers disent la même chose.

À la dette cli­ma­ti­que, il faut ajou­ter la dette finan­cière et sociale.

La géné­ra­tion du baby-boom, qui a fait peu d’enfants, aurait dû épargner pour le finan­ce­ment de ses retrai­tes, sachant que le nombre d’actifs par retrai­tés allait s’effon­drer. Non seu­le­ment elle ne l’a pas fait, mais elle a endetté l’État sans mesure. Les baby-boo­mers ont inventé la soli­da­rité à l’envers : des pau­vres endet­tés (les jeunes) vers les riches qui vivent à crédit (les baby-boo­mers). » Tout est dit, en quel­ques phra­ses. Les « baby-boo­mers » sont les res­pon­sa­bles de la situa­tion actuelle, il va fal­loir les faire payer. Les retrai­tes sont trop élevées et non finan­cées – c’est encore une des affir­ma­tions gra­tui­tes et pure­ment men­son­gè­res de ce mon­sieur. Et de plus, ces affreux qui ont eu le tort de naître en gros entre 1942 et 1958 lais­sent une dette cli­ma­ti­que.

Chez cet homme, la « lutte des âges » est une obses­sion. « J’avais ana­lysé en 2013 la ges­tion de la crise finan­cière de 2009 et j’avais cons­taté que les déci­sions prises (gel de l’inves­tis­se­ment public, garan­ties des ban­ques too big to fail et mon­ta­gnes d’argent déver­sées dans l’économie), avaient fina­le­ment pour seul objec­tif de pré­ser­ver la valeur des actifs de la géné­ra­tion qui avait suren­detté le monde occi­den­tal. Dans une situa­tion nor­male, ils auraient dû perdre. Et la crise aurait permis la redis­tri­bu­tion des cartes entre les géné­ra­tions. Il s’est pro­duit tout l’inverse : regar­dez l’évolution de l’immo­bi­lier à Paris depuis dix ans. »

Comment démê­ler cet édifice de men­son­ges bien digne d’un faux-cul reli­gieux libé­ral ? Tout le monde (sauf lui) sait que la liqui­da­tion en cours de l’État social modèle 1945 a été amor­tie par des trans­ferts mas­sifs (privés) des parents vers les enfants et même encore plus sou­vent des grands-parents vers les petits-enfants. En revan­che, ce qu’ont fait les poli­ti­ques publi­ques, c’est un trans­fert massif des riches­ses des sala­riés et des clas­ses moyen­nes vers les grands capi­ta­lis­tes.

Quand il parle de « pré­ser­ver les actifs de la géné­ra­tion qui avait suren­detté le monde occi­den­tal », l’ami des Rothschild et conseiller de Ben Ali passe les bornes. L’immense majo­rité de retrai­tés n’a aucun actif ou pres­que, éventuellement pos­sède son loge­ment et n’a nul­le­ment endetté l’Occident. Par contre, ceux qui se sont goin­frés et ne pas­sent jamais à la caisse, El Karoui n’en parle pas du tout. Normal : ce sont ses patrons et il n’est que leur porte-plume.

El Karoui se plaint que les retrai­tés n’ont pas perdu avec la crise – je ne sais où il a vu ça – et annonce qu’il fau­drait cor­ré­ler le niveau des retrai­tes à l’acti­vité, c’est-à-dire à la crois­sance ou non du PIB. Ce qui est exac­te­ment la réforme Macron. Mais il faut démon­ter le fond de l’argu­men­ta­tion : les vieux auraient endetté les jeunes : c’est oublier que les jeunes pos­sè­dent par défi­ni­tion une dette vis-à-vis des vieux.

Si on fac­tu­rait aux jeunes loups aux dents lon­gues les heures de bibe­ron, les nuits pas­sées à veiller le petit malade, les repas, les vacan­ces, l’école, et toutes ces choses qui sont payées par les parents – indi­vi­duel­le­ment ou col­lec­ti­ve­ment – la fac­ture serait salée ! Au demeu­rant les pleur­ni­chards qui se lamen­tent sur le sort des jeunes endet­tés par leurs parents oublient que d’un autre côté ils mili­tent acti­ve­ment pour l’endet­te­ment des jeunes afin de déve­lop­per les grands écoles et uni­ver­si­tés payan­tes sur le modèle amé­ri­cain.

Au tarif du marché, à com­bien fau­drait-il fac­tu­rer à toutes ces pau­vres vic­ti­mes de l’égoïsme des babies-boo­mers une année d’uni­ver­sité (qui coûte tout au plus quel­ques cen­tai­nes d’euros), une année de classe pré­pa­ra­toire (gra­tuite actuel­le­ment) ou une année de grande école publi­que qui coûte quel­ques mil­liers d’euros alors qu’au tarif mon­dial c’est en dizai­nes de mil­liers d’euros qu’il fau­drait comp­ter. Les parents qui se sont sai­gnés aux quatre veines pour per­met­tre à leurs enfants de décro­cher les bons diplô­mes des meilleu­res écoles, n’en ver­ront jamais le retour, sinon dans la récom­pense toute morale de la satis­fac­tion du devoir accom­pli.

En cal­cu­lant bien, on ver­rait qu’une très grande partie de l’endet­te­ment des vieilles géné­ra­tions est un endet­te­ment en faveur des jeunes géné­ra­tions. Ajoutons que les mil­liers de kilo­mè­tres d’auto­rou­tes, de câbles télé­pho­ni­ques ou électriques, les cen­tra­les énergétiques et les hôpi­taux, les monu­ments et les TGV, tout cela non seu­le­ment les jeunes en pro­fi­tent, mais encore ils en pro­fi­te­ront encore demain quand tout cela sera amorti. Où est la dette ? Qui est endetté envers qui ?

Le plus haut comi­que est atteint par El Karoui quand il évoque (sans s’étendre) la dette écologique. On pour­rait tout sim­ple­ment pro­po­ser aux pau­vres enfants de ces sinis­tres « babies-boo­mers » de vivre comme vivaient leurs parents ou leurs grands-parents qui, leur jeu­nesse durant, ont connu une vie net­te­ment moins coû­teuse en termes d’empreinte écologique.

Les jeunes mal­heu­reux que feint de plain­dre notre « pen­seur » pour­raient par exem­ple renon­cer à leurs por­ta­bles, à leurs ordi­na­teurs, à toutes ces peti­tes machi­nes qui sont deve­nues les pre­miers consom­ma­teurs mon­diaux d’énergie. Les babies-boo­mers étaient bien loin d’aller tous au col­lège et au lycée. La grand majo­rité tra­vaillait à qua­torze ou seize ans au lieu de glan­der dans ces pré­ten­dus lieux d’ins­truc­tion deve­nus des « lieux de vie » où l’on sup­plie les pares­seux et les je-m’en-fou­tis­tes de bien vou­loir hono­rer le pro­fes­seur de leur simple pré­sence au cours.
Cela suffit à démon­trer la bêtise ou la vilé­nie des propos d’Hakim El Karoui. L’une n’est d’ailleurs pas exclu­sive de l’autre. Le fond de l’affaire est double : d’une part, il s’agit d’oppo­ser jeunes et vieux et selon les vieux prin­ci­pes du macrono-maoïsme, on mobi­lise, comme pen­dant la révo­lu­tion cultu­relle, les jeunes contre les vieux (vieux truc de tous les régi­mes tota­li­tai­res).

D’autre part, la géné­ra­tion du « baby-boom » incarne les trois ou quatre décen­nies qui ont suivi la Seconde Guerre mon­diale, pen­dant les­quel­les le sys­tème de l’État social – c’est-à-dire la coha­bi­ta­tion d’une société encore capi­ta­liste avec de puis­san­tes ins­ti­tu­tions socia­les – a permis une impor­tante élévation du niveau de vie des sala­riés, des ouvriers et employés et comme il s’agit aujourd’hui d’orga­ni­ser le grand mas­sa­cre de la classe ouvrière et des clas­ses sala­riées en géné­ral, les sbires des puis­sants appel­lent à tirer sur les « babies-boo­mers » – qu’on se ras­sure, pas sur les babies-boo­mers richis­si­mes qui payent Macron ou El Karoui, mais sur les babies-boo­mers qui vivent sim­ple­ment de leur retraite qui n’est que le salaire dif­féré et socia­lisé.
 

Un der­nier point, Hakim El Karoui n’a rien inventé. Il ne fait que repren­dre la chan­son des Attali et Minc, c’est-à-dire des maî­tres de Macron. Attali fut un grand mit­ter­ran­diste devant l’éternel, El Karoui était au ser­vice de Raffarin, mais la droite et la gauche dans ces sphè­res-là, ça ne veut rigou­reu­se­ment rien dire, car ils pen­sent tous les mêmes choses et ont tous un seul but : régler son compte au mou­ve­ment social.

Les tueurs sont lâchés

Commenter cet article