Accords de Performance : sus aux salaires MAIS, pas touche aux dividendes !

Publié le par FSC

REPRIS de CGT Unilever Le Meux

Sous couvert de sauvegarde de l'emploi les agressions contre les droits des travailleurs se multiplient comme l'illustre le cas de l'entreprise DERICHEBOURG

Et où l'on voit que la soumission de certains syndicats aux exigences patronales menace au final l'ensemble des salariés!

____________________

 

 

ÉCONOMIE 09/08/2020 20:14 Le HuffPost

Le sous-traitant aéronautique, basé à Blagnac près de Toulouse, avait proposé un accord de performance collective (APC) à l’ensemble de ses salariés pour éviter un vaste plan de licenciements.


Le syndicat Unsa s’est battu contre les conditions de cet accord de performance collective, comme ici lors d’une manifestation à Blagnac le 12 juin 2020. Il été signé par FO, syndicat majoritaire.

Gagner moins, mais garder son emploi [chantage garanti, ce que ne dit pas le Huffington Post]

C’est la concession que 163 salariés de Derichebourg Aéronautics Services -sous traitants d’Airbus ou de Dassault- sur 1583 n’ont pas accepté, selon des informations confirmées ce dimanche 9 août par France Bleu Haute-Garonne et BFM TV.

Comme le prévoit l’accord de performance collective (APC) conclu le 12 juin entre la direction et le syndicat majoritaire Force ouvrière, ils seront donc licenciés pour “cause réelle et sérieuse”.

Une décision prise pour “sauver l’emploi” face à la crise économique [ça c'est ce qu'ils prétendent! ]liée à la pandémie de coronavirus et permise par les ordonnances réformant le Code du travail de 2017, au tout début de quinquennat d’Emmanuel Macron. Le groupe avait d’abord envisagé un plan de sauvegarde de l’emploi, liquidant près de 700 postes, avant de proposer cet APC début mai.

20% de paye en moins pour les plus bas salaires

Pour les 1.420 salariés restants de l’entreprise, basée à Blagnac près des locaux d’Airbus, l’accord prévoit l’abandon d’acquis sociaux, notamment de l’indemnité de transport et de repas et “la suppression du 13e mois pour les salariés qui gagnent plus de 2,5 fois le SMIC”. Pour les plus petits salaires de l’entreprise, la paye sera diminuée de 8,56 euros par jour soit 20% en moyenne de ces salaires, explique France Bleu.

En échange, les emplois sont maintenus… pour l’instant en tout cas. La direction s’est engagée à préserver les emplois jusqu’à juin 2022. Elle avait également indiqué à France 3 que si le seuil de rentabilité revenait à 4%, l’entreprise pourrait alors rediscuter d’éventuelles primes avec les partenaires sociaux.

Près d’un tiers des 163 salariés ayant refusé l’accord de performance collective ont plus de 50 ans, selon BFMTV. Environ 80% partent avec un projet professionnel et 4.500 euros valorisés dans le compte personnel formation.

Pour éviter des faillites en cascades, le gouvernement planche sur des mesures pour renflouer les entreprises trop endettées. De nombreux moyens peuvent être mobilisés aux côtés des dispositifs déjà mis en place dans l’urgence (fonds de solidarité, reports ou annulations de charges, etc.). La difficulté est de bien sélectionner les entreprises afin d’éviter de dépenser de l’argent public pour des sociétés qui ne seraient plus viables, et d’adapter les modes d’action à leur taille, a expliqué Bercy.

Un fonds d’investissement aéronautique lancé

Le gouvernement a d’ailleurs déjà annoncé le 28 juillet la création d’un fonds d’investissement de 630 millions d’euros pour soutenir en fonds propres les PME et entreprises de taille intermédiaire du secteur aéronautique, abondé à la fois par la banque publique Bpifrance, les grands groupes du secteur et le gestionnaire de fonds Tikehau.

Ce fonds, baptisé Ace Aéro Partenaires, a pour but est de préserver la chaîne de fournisseurs alors que la demande d’avions neufs s’écroule en raison des difficultés des compagnies aériennes provoquées par l’effondrement du trafic.

L’État y contribue à hauteur de 200 millions d’euros, dont 50 millions pour BPIFrance, et les grands du secteur l’abondent également: Airbus pour 116 millions, Safran pour 58 millions, Dassault 13 millions et Thales 13 millions.

 

Publié par anti-K

Commenter cet article