Rencontres secrètes BERGER-pouvoir : la mise au point d'une mise en scène dans le dos des travailleurs !

Publié le par FSC

Procès d'intention ? complotisme ?

Mais les faits sont là !

Plusieurs intervenants dans les médias, émissaires du pouvoir comme le sénateur Alain RICHARD ou le politiste  sondagier Roland Cayrol faisant ouvertement état de ces rencontres.

Ce qui au demeurant n'est pas nouveau comme l'atteste la rencontre secrète BERGER-MACRON du 25 mai 2018 lors de la lutte contre la loi travail relatée par l'Express :

 

Et pourquoi des rencontres secrètes en ce mois de décembre 2019?

Si ce n'est pour prendre des décisions dans le dos des travailleurs et de ceux qui sont engagés dans le combat pour le RETRAIT de la contre-réforme ?

 

Que vise donc cette mise en scène.

Cette question de la " ligne rouge " fixée par BERGER et les médias à propos de " l'âge pivot " mise en avant par E. PHILIPPE ne constitue qu'un leurre destiné à positionner la CFDT comme un acteur dans la confrontation actuelle aux côtés de ceux qui luttent!

En totale contradiction avec son rôle réel qui est de servir de supplétif à MACRON!

On l'a déjà dit, dès le départ, dès le 5 décembre, la CFDT est hors jeu dans le combat qui s'engage; pour la bonne et simple raison qu'elle soutient la contre-réforme à points du pouvoir et puisque le mouvement s'est fixé pour objectif non pas la négociation des modalités d'application de la contre-réforme, mais son R ET R A I T!

Elle est totalement absente de la grève et ne se rallie à la manifestation du 17 décembre qu'en pointillé et avec une très faible participation.

C'est cet objectif qui explique le maintien par le pouvoir de cet aspect de la contre-réforme par ailleurs non prévu dans le programme présidentiel de MACRON.

Ce maintien désigné par les médias comme une erreur ou un entêtement d'Edouard PHILIPPE ou de la composante de droite de la majorité ne peut en effet s'expliquer autrement.

Puisque la question du financement, de l'équilibre financier du régime à points ne présente aucun espèce d'urgence, pourrait être traitée ultérieurement sous des formes diverses.

D'autant qu'en matière de gestion paritaire, de conférence de financement comme l'a suggéré hier Laurent BERGER, le pouvoir dispose du savoir faire nécessaire pour " reprendre la main à n'importe quel moment devant l'échec prévisible et programmé d'un accord entre partenaires sociaux ".

On peut donc prévoir que tant que le mouvement exigeant le RETRAIT de la contre-réforme à un haut niveau, que comme cette semaine il comporte la possibilité d'une extension et d'une généralisation accompagné de puissantes manifestations de rue, le pouvoir en accord avec la CFDT ne " cédera pas sur l'âge pivot ".

Tout en répétant qu'il est prêt au compromis et que la sortie de crise est urgente.

Nul doute que cette semaine le cinéma sur la contestation par la CFDT de l'âge pivot va se déployer avec l'annonce par BERGER de sa pétition!

NON !

NON, L.BERGER n'a pas rejoint le front syndical de lutte. Ils attendent seulement le moment opportun pour pouvoir déclarer que l'unité syndicale est rompue à partir du moment où l'accord public cette fois, entre le pouvoir et la CFDT pourra être proclamé!

 

 

Ce qu'ils attendent c'est un fléchissement du mouvement ou un retournement de l'opinion afin de pouvoir présenter la CFDT comme offrant une solution " raisonnable " , ayant obtenu un geste de l'exécutif, qui permettrait dans la foulée à MACRON de sauver la face et de pouvoir proclamer qu'il a maintenu le cap et qu'il n'a pas cédé à la rue.

Et pouvoir déployer alors la propagande gouvernementale et médiatique contre les grévistes et le mouvement de résistance en tentant de l'isoler et de le désigner à la vindicte publique.

Alors même que le mouvement l'a contraint déjà à des reculs par rapport à ses objectifs initiaux et que l'universalité prétendue de la contre-réforme, la suppression des régimes spéciaux ont volé en éclat sous la nécessité de tenter de diviser le mouvement!

La CFDT, Laurent BERGER sont bel et bien complices d'une opération d'enfumage qui vise à sauver la contre-réforme et le soldat MACRON en grande difficulté.

Nul doute que la montée du mouvement, son extension, le maintien de l'objectif du RETRAIT vont contrer cette opération indigne du comportement d'un authentique syndicalisme dont la CFDT et ses dirigeants se sont depuis longtemps éloigné!

TOUT donc pour le succès des actions du 9, 10 et 11 Janvier, TOUT pour l'extension et la généralisation de la grève pour le RETRAIT de la contre-réforme!

Commenter cet article

richaudeau 06/01/2020 11:22

Certes la CFDT et le pouvoir politique sont complices et la question de l'âge pivot est secondaire par rapport à la retraite par points mais nos syndicats (CGT, FO, FSU...) ont joué l'ambiguité durant 18 mois de concertation avec le pouvoir et en accueillant la CFDT dans les cortéges du 17 décembre alors que nous manifestions pour le retrait de cette réforme