Education nationale : Forte mobilisation contre la contre-réforme Blanquer, l'exemple de Clermont-Ferrand

Publié le par FSC

SOURCE :
 

Éducation : entre 700 et 1 000 manifestants dans les rues de Clermont-Ferrand contre les réformes Blanquer


Samedi 30 mars 2019 
Par Mickaël Chailloux, France Bleu Pays d'Auvergne

En grève depuis plusieurs jours, les enseignants se mobilisent contre les réformes Blanquer. Ce samedi matin, les parents d'élèves et directeurs d'établissements ont rejoint le mouvement. Ils étaient plusieurs centaines à s'être rassemblés à l'appel des principaux syndicats du corps enseignant.


"Aujourd'hui, ça va être énorme" nous confiait Fréderic Canghilem, de la CGT Educ'Action, avant le début de la manifestation. Cette journée a montré effectivement une forte mobilisation des fonctionnaires de l'Education Nationale de tous les niveaux (premier ou second degré). Pour l'intersyndicale SUD éducation, CGT, FSU, UNSA, CFDT, ils étaient au moins 1 000 personnes dans les rues. Ils ont fait le chemin de la place Dellile jusqu'au rectorat de l'académie de Clermont-Ferrand à la mi-journée. Selon la police, ils étaient 700. 

"L'Ecole de la Confiance, c'est un mensonge" explique Fréderic Canghilem, de la CGT Educ'Action. "Dans l'article 1, il y a un devoir d'exemplarité pour tous les professeurs. Cela veut dire qu'on pourrait être embêté y compris dans ce qu'on fait en dehors du temps scolaire. C'est une remise en cause de la possibilité au fonctionnaire d'être un citoyen comme les autres."  Dans le cortège, on croise aussi des directeurs d'établissement. Car le texte voté en première lecture à l'Assemblée ouvre la possibilité de créer des «établissements publics locaux d’enseignement de savoirs fondamentaux» (EPSF). Ces nouveaux ensemble pourraient "'permettre le regroupement d’écoles avec un collège», ce qui suscite des inquiétudes de la part des directeurs. "Je suis directrice d'une école maternelle à trois niveaux. Je suis à côté d'une école élementaire. J'ai peur pour mon poste" raconte cette jeune directrice dans le Puy-de-Dôme. 

"On réalise des tâches invisibles au quotidien" - une directrice d'école maternelle dans le Puy-de-Dôme

 Cecile de Force Ouvrière prend la parole devant le rectorat pour dénoncer les réformes du ministre #Blanquer, en maternelle et dans la ruralité. Force ouvrière est un des syndicats de l’intersyndicale qui appelait à manifester aujourd’hui (Sud Éducation, CGT, FSU, UNSA, CFDT...)


Des parents d'élèves sont également là pour soutenir enseignants et directeurs d'écoles maternelle, comme Jean-François venu de Lempdes. "Ils font un travail formidable. Il n'y a pas de raison d'être rattaché à un collège, ce sont deux moments de la vie d'un élève qui sont totalement différents" explique-t-il. 

Les syndicats et enseignants grévistes appellent maintenant à un grand rassemblement jeudi 4 avril à 10 heures place de Jaude. Une Assemblée Générale des profs grévistes est aussi annoncée le même jour à 14 heures salle Victor Hugo, sous Auchan Nord, à Clermont-Ferrand. 

Commenter cet article